Patience.

Patience.


Pour ceux, qui comme moi, possèdent la patience en réserve limitée, elle est la terre promise.
D'où la fameuse question: la patience est-elle innée ou s'acquiert-elle?

Au premier abord, je serais tentée de dire que la patience est innée. Mais sans doute est-ce du à mon impatience qui entrevoit déjà un apprentissage d'une difficulté insurmontable...
Cette impatience qui me fait agir souvent inconsidérément. Venue d'une pulsion quasiment incontrôlable, et qui s'étend à tous les domaines de l'existence. Par exemple, et au risque de me faire taxer de névrosée, il y a en ce moment même, une taie d'oreiller oubliée la veille au soir sur mon fil à linge. Et il pleut. De toute évidence, elle est foutue et il me faudra la relaver. Mais je serais tentée d'aller la chercher dès à présent tout en sachant pertinemment qu'il est trop tard.
Dans ces conditions, ne vaut-il mieux pas être patiente, attendre que la pluie cesse, afin d'aller chercher cette taie d'oreiller sans revenir trempée moi même? Si, bien sûr que si. Quoique...
Mais c'est juste une taie d'oreiller.
Que se passe-t-il si le même cas de figure se pose dans mon travail?
Eh bien, l'impatience l'emporte, même si je sais que le choix est mauvais et qu'il engendre souvent la destruction d'une pièce.
Que faire alors?
Se raisonner? Plus facile à dire qu'à faire.
Se dire que l'attente est bénéfique, que je pourrais utiliser ce temps-là à autre chose, comme écrire ce mot. Autant vous dire que l'auto persuasion est une perte de temps. La taie d'oreiller est toujours sous la pluie...
Méditer? J'ai quelques doutes sur ma capacité à rester immobile, tout en sachant que la taie d'oreiller est toujours sous la pluie...

Car la vraie question est là: comment apprendre la patience?
Car si on reconnaît les patients au fait que ce genre de questionnement et d'exemples les fait rire, ils n'en sont pas moins incapables d'éclairer les impatients sur ce don du ciel... Et je ne parle pas de la puie qui trempe ma taie d'oreiller.
Il faut donc se rendre à l'évidence: il existe la patience innée, et la patience apprise, conquise de haute lutte... Mais que l'on ne possède jamais vraiment.

Il s'agit donc d'un apprentissage quotidien, pour réfréner l'impatience, l'impulsion.
Et tous les moyens sont bons.
Dans l'immédiat, je vais finir ce message et aller faire des cookies. Je peux voir ma taie d'oreiller depuis la fenêtre, mais je n'irais pas la chercher parce que cela peut attendre.

Car ne l'oublions pas, la patience est gage de qualité. Ce temps infini, in-compté que l'on met dans une pièce, une action, une parole est le temps du détail, du murissement, du soin.
La patience est hors du temps, quand l'impatience se conjugue au présent.



Here is the not so good translation...

Patience.


For those who like me, have patience in limited supply, it is the promised land.
Hence the famous question: is patience innate or can we acquire it?

At first, I am tempted to say that patience is innate. But without doubt this is due to my impatience, which already sees an insurmountable difficulty learning this lesson...
This very impatience that often makes me act recklessly. This very impatience which come from an almost uncontrollable impulse, and that extends to all areas of life. For example, and taking the risk of being accused of neurotic behaviour, that pillowcase forgotten the night before on my clothes line. And it's raining. Obviously, it is bloody and I'll have to rewash. But I would be tempted to pick it up now, knowing for a fact it is too late.
Under these conditions, isn't it better to be more patient, wait for the rain to stop, to get the pillow without coming back home all soaked myself? Yes, of course it does. Although ...
But it's just a pillowcase.
What happens if the same situation arises in my work?
Well, impatience prevails, even though I know the choice is bad and that often leads to the destruction of a piece or a pot.
What to do then?
To reason? Easier said than done.
Say that waiting is good, I could use that time to do something else, like writing this note. No need to say that self persuasion is a waste of time. The pillow case is still in the rain ...
Meditate? I have some doubts about my ability to sit still, knowing that the pillow is still in the rain ...

For the real question is: how to learn patience?
For if we recognize as a fact that patients people are laughing at these question and examples, they are nonetheless unable to explain this gift from heaven ... And I do not mean the rain soaking my pillowcase.
It is therefore necessary to face the facts: there are innate patience, and patience learned, hard-won ... But that we never really possess.

So this is a daily learning, to curb the impatience, the pulse.
And all means are good.
For now, I'll end this message and go make cookies. I can see my pillow case from the window, but I would not seek it because it can wait.

For let us not forget, patience is a guarantee of quality. This infinite, in-counted time that we put in a piece, an action, a word is the time of detail, of care, of achievement.
Patience is out of time when impatience is conjugated in the present.